Manga : Major3 min read

Depuis peu je me suis trouvé un certain attachement pour les shonens sportifs notamment grâce à Eyeshield 21 qui mêle avec brio humour, intensité et permet de mettre en exergue les diverses émotions que la compétition sportive peut procurer.

Mais sous les conseils avisés de mon expert manga attitré (qui se reconnaitra s’il se met à lire cet article) je me suis penché sur le manga Major. Premier constat, les japonais adorent le sport américain ! Après le foot US d’Eyeshield, Major traite du sport numéro 1 au Japon : le Baseball. Hé oui pour la petite histoire le Baseball est le sport le plus populaire au pays du soleil levant.

Major raconte l’histoire de Honda Goro (dans l’ordre japonais pour les noms : le nom de famille précède le prénom contrairement à nous occidentaux), jeune garçon passionné de baseball qui décide de suivre les traces de son père Honda Shigeharu mort lors d’un match par une « deadball » qui le touchera à la tête face à Joe Gibson, meilleur lanceur de Major League tout juste recruté par un club japonais après que celui-ci ait frappé sa balle la plus rapide en Home-Run.

Premier intérêt du manga, la narration. Alors que certains shonens sportifs comme Eyeshield 21 par exemple se limite à l’époque du lycée et l’objectif d’atteindre le fameux Christmas Bowl (rencontre entre les champions lycéens des deux grandes régions du Japon), Major lui suit la carrière naissante de Goro depuis son enfance et ses premiers matchs à son entrée dans le monde professionnel (je précise que n’ayant pas encore fini l’anime je ne sais pas où celui-ci se termine).

Cela permet vraiment de voir l’évolution du personnage de Goro qui comme tout bon shonen qui se respecte est un compétiteur qui ne souhaite que se frotter aux meilleurs tout en respectant avant tout l’amitié et l’esprit de groupe. L’histoire aborde avec intelligence toutes les facettes du métier de sportif haut niveau mais aussi de l’enseignement des bonnes valeurs auprès des plus jeunes comme éviter les blessures quand la croissance n’est pas terminée par exemple.

En parlant de Goro, il développe facilement les ingrédients essentiels du héros d’un manga (charismatique, persévérant, fidèle, …) mais en ayant une aura qui lui est vraiment propre. A ce propos, je trouve que ce personnage a un charisme vraiment rare et fort comme ceux d’un Luffy par exemple. Il suffit de voir les entrées sur le terrain lors des compétitions en Triple A pour s’en rendre compte ! Mais on s’attache à lui car il n’est pas du tout « parfait » comme pouvait l’être Tsubasa par exemple (Olivier dans le magique Olive et Tom et ses terrains de foot sphérique de 40km de long…). Goro est arrogant, malpoli, idiot (dans une moindre mesure), drôle, irresponsable,… bref il apporte un côté plus humain au joueur monstrueux qu’il est.

Monstrueux. C’est le mot que certains protagonistes lui attribue quand il le voit jouer. Car oui un bon manga n’existerait pas sans ses attaques spéciales propre à ce registre. Et lorsque que Goro lance certaines de ses meilleures balles, on sent le petit kamehameha qui rugit dans l’esprit de Takuya Mitsuda (auteur du manga). Les techniques spéciales ont des noms qui leur sont propres et rajoute au charme de la série. Après tout Tsubasa avait le tir de l’aigle, Sena a son Devil Bat Ghost, Goro, lui, sa Gyro-ball !

Que dire de plus sur cet excellent anime ? Rien d’autre à part de vous le conseiller et vous risquerez comme moi d’apprendre à apprécier le baseball ! Maintenant la balle est dans votre camp 😉 (LE jeu de mot de la semaine !!)

Monkey D Kito, blogueur de niveau 1

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ! Merci 🙂

  • Anonyme

    A te lire on pourrait croire que la gyro-ball est une invention de l'auteur… mais elle existe vraiment contrairement au "devil bat ghost" ou au "tir de l'aigle".
    Pour ceux que ça intéresse —> https://en.wikipedia.org/wiki/Gyroball