Nous sommes Charlie5 min read

Ce blog n’a jamais eu d’orientation politique, sociale ou quoique ce soit, il a toujours parlé de sujet positifs, de passions, de joie et occasionnellement de coups de gueule mais toujours de petite importance.

Je m’excuse par avance auprès des personnes croyantes qui liront ce billet écrit (sous l’émotion) et qui pourraient être choquées par certains de mes propos qui n’engagent que mon opinion et ne remet en aucun cas leurs convictions.

Or ce soir je vais me permettre un écart, car je ne peux rester silencieux face aux événements de cette terrible journée…

En sortant cet après-midi d’un partiel (j’ai repris mes études pour un master cette année si vous vous posez la question), j’apprends par un camarade de classe qu’un attentat terroriste a eu lieue dans la rédaction de Charlie Hebdo.

Comme beaucoup je pense, je ne suis pas un lecteur assidu de ce magazine mais je le tiens en très haute estime pour être le bastion de la liberté d’expression totale de la presse française. Charlie Hebdo rit de tout mais aujourd’hui pleure surtout…

Cet attentat sont inacceptables, inexcusables, barbares, inhumains, et tout cela au nom d’un dieu qui, comme tous ses (très) multiples congénères brille surtout sur sa capacité à répandre la mort qu’à apporter la paix…

Ces actes sont l’œuvre d’arriérés qui n’ont que la réponse du sang contre le pouvoir de l’encre. Ces hommes qui suivent les diktats d’un despote imaginaire prônant la mort de ses semblables plutôt que l’amour. Quel personne saine d’esprit peut-elle suivre un tel raisonnement pour une caricature ? Aucune cela est clair.

Je vais être maintenant honnête, oui l’islam me fait peur, mais pas les musulmans. La religion m’a toujours effrayé car elle permet trop facilement de cautionner les pires dérives.
Concernant l’islam, la peur vient d’actes de minorités mais aussi d’un manque d’ouverture apparent et aussi une tendance au communautarisme. L’absence d’un entité comme le Vatican qui permet d’offrir à cette religion une unicité, une ouverture sur le monde moderne. Beaucoup des extrémistes n’ont jamais lu ce texte sacré qui est le Coran et se basent uniquement sur les propos « d’imams » qui n’en sont pas.
Malheureusement celui-ci est sûrement dû à la peur d’actes répréhensibles de certaines politiques gouvernementales. Le réflexe est humain mais mauvais.
Vivant en banlieue, je croise plus facilement des hommes et des femmes qui choisissent l’ostentation de leur religion plutôt que lui garder un aspect privé tel qu’il devrait être dans un pays laïc. Ne me croyez pas raciste, j’ai autant de mal-être face aux personnes qui ne citent que la Bible que celles qui utilisent le Coran comme édifice moral.

Nous vivons dans un pays qui est multiculturel, fort de son histoire et de sa volonté de respecter toutes les libertés. Mais malheureusement pour beaucoup ces libertés ne sont pas immuables car incompatibles non pas avec les lois de notre pays mais celles de leur « dieu » (que je répète ne peut être unique vu la diversité des religions).
Pour vous donner un exemple, au lycée une fille de ma classe, musulmane, m’a dit que je lui faisais peur lorsqu’elle m’a demandé si je croyais en dieu et que j’ai répondu non. Selon elle ne pas craindre le jugement d’un être soit-disant tout-puissant me donnait aucune limite… Imaginez mon sentiment à l’écoute d’un tel propos.
Et je suis certains que ce sentiment a été partagé par plus d’un, d’être républicain, laïc et d’être considéré comme un monstre car je préfère suivre un document rédigé par nos ancêtres dans le but de nous rendre tous libres et égaux les un les autres plutôt que choisir des propos vieux de plus d’un millénaire qui m’asservissent à un être que je ne connais pas.

Aujourd’hui ces barbares ont voulu nous faire peur, faire passer un message, mais ils se sont pris au mauvais peuple. Nous sommes français, nous sommes un pays fier, et notre histoire est semé d’insoumissions. Nous avons repoussé les drakkars vikings, résisté à la croix gammée, et nous repousserons la barbarie islamiste. Mais cela passe par une main tendue, de chaque côté.

Les rues de Paris se pavent d’une foule en deuil, en colère, prête à démontrer qu’attaquer la France n’était pas une bonne stratégie. Paris brûle-t’il ? La réponse est non, Paris ne brûle pas, il s’embrase.

Commençons dès demain, refusons le communautarisme, refusons l’endoctrinement, refusons la violence que ces actes recherchent…
Nous sommes tous libres et égaux en droits, nous sommes ces 14 victimes de la violence du fanatisme.
Refusons la haine, refusons l’exclusion, refusons la peur, le meilleur moyen de résister à ces animaux c’est de vivre comme NOUS l’entendons et pas selon leurs dogmes séculaires.
Refusons ces partis qui nous font peur, refusons ce racisme ambiant qui grandit (anti-musulman, anti-blanc, anti-noir, …)
J’appelle aux éditeurs de continuer ce acte militant de nous faire rire de tout, et contrairement à l’intervention de notre regretté Desproges, avec n’importe qui.
J’appelle les gens à montrer leur refus du communautarisme.
J’appelle les croyants à encore plus aimer ceux qui adorent un dieu différent et s’ouvrir aux autres.
J’appelle les athées à baiser, boire du vin en mangeant du saucisson et rire pour emmerder les extrémistes.
J’appelle les extrémistes à quitter la France quels qu’ils soient.

Ce soir et à jamais, nous sommes tous Charlie, nous sommes tous parisiens, nous sommes tous français.

Par conviction, je ne signerais pas de mon pseudo.

Clément CALVINHAC

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ! Merci 🙂

  • Anonyme

    Ton texte m'a plu.C'est très bien écrit; je te rejoins dans tes pensées mais je ne sais pas les exprimer aussi bien.
    Bravo, gros bisous.
    Mamie de Golinhac