Ready Player One fait parler sur Twitter, Certains crient à l’oeuvre culte (avec suspicions de tweets sponsorisés à la clef), d’autres parlent d’un bon divertissement pop très loin des chef d’oeuvres de Steven Spielberg.  J’ai pu profiter de Paques pour aller à la chasse à l’Easter Egg VR et vous donner mon avis.

Enfilez vos lunettes VR, connectez vous au réseau… Press Start !

Synopsis : 2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’œuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

Plus fort que le Virtua Boy !

L’histoire est donc celle de Wade Watts, un des top joueur de OASIS qui est à la recherche de l’easter egg caché afin de pouvoir changer de vie. L’histoire est assez commune en soi mais ce n’est pas un problème au contraire. L’avantage de ce type de scénario est que cela permet de proposer un rythme fort tout au long du film. Sur les 2h20, je n’ai pas décroché un seul moment, un très bon signe en soi ! Malgré tout, certaines facilités scénaristiques sont un peu grotesques. Et cela nuit assez fortement aux petites révélations du film…

Le casting est plutôt convaincant avec l’intérêt d’opter pour des acteurs peu connus, car la véritable star de Ready Player One, c’est le fameux OASIS. Environ 70% du film se déroule dans cet univers virtuel où et les acteurs sont plus représentés sous la forme de leur avatar. A ce propos, le film est vraiment très convaincant visuellement. Les effets spéciaux sont très propres et Spielberg semble avoir limité les CGI dans les séquences du monde réel. Cela permet d’avoir des univers très convaincant et distincts. Un excellent point face à la recrudescence des fonds verts qui deviennent trop visibles pour le spectateur à force !

Une ode à la Pop culture

Le nouveau film de Spielberg n’est pas une oeuvre originale. Il s’agit de l’adaptation du roman de science fiction d’Ernest Cline intitulé « Player One » publié en 2011. Je n’ai jamais lu le livre mais il semble que celui-ci est bourré de référence à la pop culture et aux jeux vidéos des années 80-90.

A ce niveau là, Steven Spielberg parvient parfaitement à retranscrire cette atmosphère particulière. Tout y passe, la Delorean, Jurassic Park, l’Atari 2600… Alors que le héros est à la recherche de l’easter Egg ultime, le spectateur lui en profite pour rechercher les siens. Malgré tout on sent que 2018 est là et que le film essaie avant tout d’être un pont intergénérationnel. Respectant le bouquin d’origine, Ready Player One met essentiellement en avant des références pour trentenaires (dont je fais partie). Des personnages, des lieux plus actuels sont mis en avant pour parler aux nouveaux geeks. C’est le cas avec Tracer d’Overwatch, les Spartan d’Halo ou bien la planète Doom par exemple.

10, 9, 8… Continue ?

Est-ce que ce Ready Player One vaut le déplacement au cinéma ? Oui mais si vous avez le bon profil. En étant honnête, le film est avant tout fait pour les geeks nostalgiques . Tout l’univers baigne dans un futur super évolué qui n’est pas capable de quitter les 80’s -90’s. Ready Player One n’est pas destiné à tout le monde pour ces raisons. Si vous êtes plus jeunes, ce n’est pas un souci non plus !

Malgré tout, si vous cherchez juste un film de science-fiction sympathique et divertissant, vous pouvez vous laisser tenter. Mais vous risqueriez de perdre tout la sève du récit qui ne semble n’exister que pour distiller ses références. Après, le film est beau, très bien rythmé et fait passer un très bon moment.

Alors qu’attendez-vous ? Ruez-vous vers votre cinéma le plus proche et faites vous votre avis !

 

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ! Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.