La Nintendo Switch est une console formidable. Nintendo a réussi a se sortir du cuisant échec de la Wii U avec un nouveau concept fort et accessible. Mais si la console versatile se démarque autant c’est aussi grâce aux jeux d’exception qui l’accompagne.

Zelda Breath of the Wild en est un parfait exemple, mais soyons honnête Link n’est pas la véritable icone de Big N. Ainsi à chaque sortie de console Nintendo, le véritable test grand public passe par le nouvel opus des aventures de notre plombier moustachu préfére : Super Mario Odyssey.

Chapistri que c’est bon !

Super Mario Odyssey est ENFIN un véritable nouveau Mario depuis Mario Galaxy 2. Les épisodes Wii & Wii U 2d sont très sympas mais manquent clairement de l’originalité. Depuis Super Mario 64, chaque épisode apporte un nouveau concept de gameplay qui complète l’aspect plateforme de la licence. Cette fois-ci, Mario troque sa mythique casquette pour un nouvel allié prénommé Chappy qui lui apporte le pouvoir de la chappimorphose. Celui-ci va permettre à Mario de pouvoir prendre possession de certains ennemis, personnages ou objets. Cela apporte une ribambelle d’ajout au gameplay. Par exemple, lancer  votre chapeau sur un frère marteau pour ensuite pouvoir briser des murs ou vaincre des ennemis en leur lançant des maillets en pleine mouille ! A côté Mario conserve ses contrôles introduit depuis Mario 64. C’est simple, fluide et tellement précis. Mama miia !!

Ras la casquette de Bowser !

Bon niveau scénario, on va comme d’habitude ne pas chercher très loin… Bowser essaie encore de commettre une union inter-espèces plus que douteuse en enlevant la princesse Peach pour l’obliger à l’épouse. Un grand romantique à qui, il faut reconnaître, une persévérance immuable digne d’un bon petit #balancetonbowser sur les réseaux sociaux du royaume Champignon. Chappy lui s’allie avec Mario pour sauver sa sœur aussi enlevée pour être la coiffe de Peach… OK pourquoi pas ! Malgré tout le jeu arrive à surprendre, surtout sur la fin qui ne m’a pas laissé indifférent, tout comme mon épouse qui aura eu la même réaction. Je vous laisse la joie de la découverte et n’hésitez pas à me faire part de votre réaction en commentaire.

Le tout est bien sur un prétexte pour une course poursuite dans les différents pays thématiques du monde de Mario. Le roi des Koopas profite de sa virée « amoureuse » pour dérober les spécialités de chaque pays pour son futur mariage. Cela permet d’évoluer dans des niveaux thématiques variés plus ou moins inspirés. Un des plus réussis est celui de New Donk City qui est un clin d’oeil au premier Donkey Kong dans lequel Mario fait sa première apparition.

C’est dans les vieux béret qu’on fait les meilleures casquettes

Ce nouvel épisode n’hésites pas à faire du neuf avec du vieux. Tout d’abord par des clins d’œil qui réveillent les nostalgiques de l’époque 8 bits que nous sommes. Certains passages via des tuyau transposent Mario dans une esthétique NES qui fait vraiment son petit effet. Surtout que l’on retrouve vraiment les sensations du tout premier Mario avec une touche de modernité à chaque fois.

Là où on sent par contre que Nintendo s’englue un peu dans un certain format, c’est au niveau de la collecte des lunes. Depuis Mario 64, la liberté impose aux développeurs d’appliquer quelques restrictions au joueur. Pour avancer, il fallait des étoiles pour débloquer certains passages. Mario Galaxy a lui remplacé les lunes pour pouvoir avancer dans les planètes. Pour l’Odyssey, les lunes font office de carburant pour visiter les différents pays. Et à force, cette redondance entre les jeux nuit quelque peu au plaisir. Depuis que Zelda a proposé la liberté totale, il est quelque peu frustrant d’avoir un fil rouge à suivre.

Cependant les 500 lunes à récupérer dans le jeu compenseront ce gimmick trop récurent et stimuleront les plus complétistes d’entre nous.

Pour finir, le jeu s’offre une sorte de New Game + inédit dans les épisodes canoniques avec la mise en place d’un boss rush dans le dernier niveau. Je n’ai pas réussi a aller jusqu’au bout de celui-ci en raison d’une modification de l’inertie qui me dérange.

Chapeau l’artiste !

Est-ce que ce nouveau Mario est un excellent jeu ? Oui indéniablement. Un jeu culte non. Il reprend avec intelligence les bases posés par les opus précédent en ajoutant son concept propre.

Le gameplay est aux petits oignons et le plaisir est immédiat. La difficulté n’est pas si relevée même si certains combats de boss sont plutôt compliqués voire limite frustrants. Malgré cela, le jeu est très fun et agréable à parcourir et sa durée de vie dantesque pour les complétistes rappelle au bon souvenir de Mario 64.

Il s’agit d’une des meilleures expériences vidéoludiques de la Nintendo Switch mais n’y attendez pas la rupture et la découverte d’une oeuvre culte comme peut déjà l’être Zelda Breath of the Wild. Si vous aimez les jeux de plateforme fun, jouissif et avec une super durée de vie, n’hésitez pas ! Pour les autres, foncez aussi car après tout, un nouveau Mario, c’est toujours un petit bonheur sous les joysticks !

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ! Merci 🙂

One Reply to “Super Mario Odyssey – Mario tire son chapeau sur Switch5 min read

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.