High TechJ'ai envie de vous dire...NewsSmartphones

Korii et bien d’autres recherchent « bon(ne) journaliste numérique sans scrupules »5 min read

Ah qu’il est bon d’être journaliste numérique en 2019… Les sites ont tellement besoin de visites que la tendance est à publier à tour de bras. Et les « journalistes » de certains webzines s’en donnent à cœur joie quitte à pondre des articles écrits par le cul ! Et clairement cette absence de rigueur et d’honnêteté me sort par les trous de nez. Bienvenue chez korii.slate.fr et consorts, les poubelles de la presse spécialisée mais pas trop non plus !

Fairphone, le smartphone qui fait du bien aux vues

Tout commence le mardi 5 mars 2019 où Arnaud Pagès publie un article sur le site « konbiniesque » de Slate, korii. L’article parle du Fairphone et de son impact plus que positif sur la planète grâce à son système modulaire. Pour ceux qui ne le savent par, le Fairphone est un smartphone singulier qui permet à l’utilisateur de faire évoluer ses éléments au fil de ses besoins. Vous souhaitez une meilleure caméra, pas besoin de racheter un tout nouveau téléphone, changez la simplement en quelques tours de vis !

Alors l’article est bien joli et super « happy press » tech mais c’est surtout une énorme connerie journalistique ! Notre bon Arnaud Pagès, journaliste indépendant comme il se décrit sur sa page Linkedin vante les mérites d’un smartphone et d’une marque qui a sorti son dernier produit en 2015. « Vous allez me dire mais c’est pas grave vu que les différents modules peuvent être mis à jour ! » Et dans la logique vous auriez raison, sauf que non !

Un article so 2015 !

En 4 longues années, les composants à acheter n’ont pas évolué d’un iota. Le pire était que la version 3 du Fairphone devait sortir en 2017 et depuis que dalle, nada, niet, walou ! Il suffit de vous rendre sur les pages des composants pour découvrir que ceux-ci sont bloqués dans une faille spatio-temporelle ! Par exemple l’écran du téléphone est toujours LCD, du moins on suppose, donc plus gourmand en énergie par rapport à l’OLED. Par conséquent, vous le rechargerez plus souvent, vous userez plus rapidement votre batterie et laisserez une belle empreinte carbone sur votre passage.

Petit jeu : où sont cachées les caractéristiques techniques du composant… Bravo c’était un piège, il n’y en a pas !

Super écologique comme produit qu’on vous dit dans ce bel article ! Cerise sur le Macdo, le site se cache bien de divulguer les caractéristiques techniques des composants. Vous achetez un écran sans savoir son ratio, sa résolution et sa technologie, pire sa provenance. Autant de secret, c’est curieux sachant qu’à côté l’iPhone est le smartphone grand public le plus respectueux de l’environnement. Je dis ça comme ça…

via GIPHY

N’est pas journaliste spécialisé qui veut

Vous allez dire que je fais une fixette sur ce pauvre Arnaud Pagès et pourtant ce n’est pas le cas. Le problème c’est que les rédactions permettent à n’importe qui de devenir « journaliste spécialisé » en un tour de main. Pour après se retrouver avec de telles productions mensongères.

Ce qui m’énerve c’est que notre bon « journaliste indépendant » n’est pas un journaliste tech. Quand on épluche un peu sa biographie sur Google, il est surtout décrit comme artiste graphiste et comme un « spécialiste des cultures urbaines » selon Pitch Please. Sauf que donnez moi le lien entre la culture urbaines et les nouvelles technologies ?? Mis à part Kamoulox, j’en vois aucune ! Ah si, il est passionné de ce domaine, ça change tout… Ou pas !

Présentation d’Arnaud Pagès sur le site de l’agence Pitch Please

Parce qu’il est bien mignon notre loustic, mais pondre un article, ça demande pas n’importe quoi, surtout quand on a potentiellement une carte de presse ! Moi je peux me permettre d’écrire de la merde, je ne gagne pas ma vie avec ce site ! Sauf que lui et ses autres confrères/consœurs passionnés, ils ont un devoir de rigueur et d’éthique. Et je suis désolé mais écrire en 2019 un article vieux de 4 ans, c’est soit se foutre de la gueule du monde, soit avouer qu’on est un branleur et qu’on ne fait aucun travail de recherche… (Chose que votre hôte a justement faite pour pondre ce magnifique article qui mérite moult partages sur les réseaux)

Chacun chez soi et les hippopotames seront bien gardés

Le véritable problème vient surtout des rédactions qui embauchent ces auteurs. Et surtout celle qui cherchent à devenir aussi tendance que peut l’être Konbini.

Sur le principe, pourquoi pas, on peut clairement faire du journalisme tout en ayant un traitement de l’information qui soit ludique. Mais c’est aussi aux chefs de rédaction de filer les bons sujets aux bons auteurs. Et là dessus, Korii, et j’imagine bien d’autres, a fait n’importe quoi ! On ne va pas demander à journaliste mode de nous pondre un article sur la situation socio-économique dans le moyen orient. Non ça serait complètement con et pourtant ils le font quand même…

Ceci est déjà un gros problème, mais voir qu’on autorise la publication d’un tel torchon parce qu’il surfe sur un sujet tendance, c’est n’importe quoi ! Parce que l’écologie est au cœur des préoccupations actuelles et futures, on sait que ce thème va générer du clic, des vues et donc du fric. Ok c’est de bonne guerre, mais dans ce cas-là on écrit un véritable article et pas une sorte de publipostage non assumé…

Si vous recherchez des journalistes, des rédacteurs sur des domaines précis, au lieu de prendre le premier venu, venez voir les blogueurs. On est amateur mais on suit l’actualité, on connait les produits et les enjeux bien mieux que certains porteurs de carte de presse. On a un style d’écriture et on finira par vous pondre des articles qualitatifs et recherchés. Mais bon peut être que ce qui vous intéresse c’est du « putaclic » juste pour faire des vues.

J’espère que Korii et consorts arrêteront de payer des « rédacteurs sans scrupules » et oseront enfin proposer ce qu’ils se doivent de faire : du journalisme.

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ! Merci 🙂

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer